×
AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
vendredi 30 septembre 2022
Elevage laitier
Elevage laitier - Ph : DR

Khaled Soualmia annonce une actualisation du cahier des charges régissant les laiteries en Algérie

Redéfinition du cahier des charges des laiteries en vue d’augmenter la production du lait subventionné et d’améliorer sa distribution en Algérie.

Le dimanche 17 vril 2022, Khaled Soualmia, directeur général de l’Office national interprofessionnel du lait (ONIL), a manifesté la volonté de son organisme d’augmenter la quantité de lait subventionné et d’en offrir une meilleure distribution, en actualisant le cahier des charges des laiteries.

Lors de son intervention sur la chaîne I de la Radio Algérienne, M. Soualmia a précisé l’objectif de cette mise à jour du cahier des charges lié aux activités laitières, qui est d’annuler la pression actuellement enregistrée sur la production et la distribution du lait.

Ainsi d’après les nouvelles dispositions du cahier des charges, les laiteries sont tenues de fournir davantage d’efforts dans la collecte du lait cru dans le but d’accroître la production du lait subventionné, qui jusqu’alors repose presque entièrement sur la poudre de lait importée.

“Khaled Soualmia assure que le nouveau cahier des charges sera l’un des principaux outils de développement de la filière laitière.”

Selon le directeur de l’ONIL, ce cahier de charges contribuera énormément au développement du secteur laitier en Algérie. Il a aussi prié les éleveurs de mettre en place des coopératives agricoles de grandes capacités, pouvant élever plus de 1 500 vaches.

Soualmia a également rappelé les 230 laiteries publiques et privées que compte l’Algérie, dont 199 subventionnées (15 publiques et 104 privées). Il ajoute qu’au cours des six derniers mois, l’ONIL a cherché à éviter la pénurie de lait pasteurisé subventionné, en fournissant 5 000 tonnes de lait en poudre.

Par ailleurs, le Directeur Général de l’ONIL s’est félicité d’une révision à la hausse du taux des bénéfices en faveur des producteurs et commerçants de lait, ce qui devrait, selon lui, encourager ceux-ci à multiplier leurs productions de lait subventionné. C’était juste après avoir confirmé la disponibilité de la capacité de production laitière.

Néanmoins, parce que le Trésor public couvrira la marge bénéficiaire du lait subventionné, le prix de ce produit restera à 25 DA, selon M. Soualmia, qui souligne les efforts consentis pour déterminer la quantité et les types de vaches laitières, par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural.

Regardez aussi

Investissements

Crédits agricoles : le FGAR et le BNEDER signent un accord

Le Fonds de Garantie des Crédits aux PME (FGAR) et le Bureau national d’études pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.