AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Palmier dattier
Palmier dattier - ph : Pixabay

Pourquoi les produits agricoles algériens souffrent à l’export ?

Défis et Opportunités : Réveiller l’exportation agricole en Algérie.

L’Algérie se retrouve aujourd’hui face à un déclin inquiétant dans le secteur agricole, un secteur si crucial à son économie. Même les dattes, fleuron des exportations agricoles, peinent à afficher des résultats significatifs, avec des quantités exportées stagnantes.

Dans cette réflexion, nous explorerons les raisons de ce déclin et l’urgence de développer une stratégie pour revitaliser nos exportations agricoles.

Au fil des années, l’Algérie a perdu de sa superbe en tant que puissance agricole exportatrice selon Aissa Manseur, consultant en investissement agricole et conseiller à l’export. Les chiffres sont alarmants, et même le produit emblématique, les dattes, ne parvient pas à réaliser des avancées significatives sur les marchés internationaux. La question se pose alors : pourquoi cette désaffection pour les produits agricoles algériens ?

Il est aberrant de négliger un aspect économique aussi crucial que l’exportation agricole, qui pourrait contribuer de manière significative à l’équilibre du commerce des produits alimentaires et agricoles. Chaque année, le secteur enregistre un déficit récurrent, mettant en évidence la nécessité pressante d’une stratégie concertée pour dynamiser ces opérations.

Pour l’expert, il est impératif de reconnaître l’importance de développer et de promouvoir les produits agricoles algériens à l’échelle internationale. La clé réside dans la définition de produits capables de conquérir des parts de marché dans un environnement concurrentiel exigeant. Les systèmes de production actuels, hélas, ne sont pas alignés sur des bases techniques adéquates, nécessitant une réorientation urgente.

Il est indispensable d’inculquer aux agriculteurs les bonnes pratiques culturales nécessaires au respect strict de l’itinéraire technique des différents produits ciblés. L’utilisation raisonnée des fertilisants et autres produits phytosanitaires doit être une règle d’or, respectée rigoureusement pour garantir la qualité des produits exportés.

Si l’on parvient, dans un premier temps, à équilibrer les exportations agricoles avec les importations alimentaires, cela constituerait déjà une avancée significative. Cela exige une collaboration entre le gouvernement, les agriculteurs et les experts du secteur pour élaborer des politiques et des pratiques favorables à la croissance des exportations agricoles.

Lire aussi : Eden Fruits mise sur les dattes Naturland d’Algérie

Enfin Manseur souligne qu’il est grand temps de prendre des mesures audacieuses pour réveiller l’exportation agricole en Algérie. Cela ne peut se faire sans une volonté politique forte, un investissement dans la formation agricole et une refonte des pratiques de production. En revitalisant ce secteur, l’Algérie peut retrouver son statut de leader agricole sur la scène mondiale et contribuer à l’économie nationale de manière significative.

Partager

Regardez aussi

Une société italienne va réaliser d’importants investissements agricoles dans le Sud de l’Algérie

Lundi dernier, Bonifiche Ferraresi (BF), une société italienne spécialisée dans l’agriculture, a annoncé son intention …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *