AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
samedi 26 novembre 2022
Engraissements bovins
Engraissements bovins - ph : DR

Une première, l’élevage national va être numérisé

L’ère de la numérisation prend de l’ampleur en Algérie et profite dorénavant à l’élevage de bétail.

Le gouvernement algérien cible divers domaines pour réussir la transformation digitale du pays. Aujourd’hui, c’est au tour de secteur de l’agriculture de faire un premier pas dans cette approche, au travers d’une opération de numérisation inédite qui vient enrichir l’élevage du bétail en Algérie.

C’est un investisseur qui parvient pour la première fois à implanter une technique sur le sol algérien. Il s’agit d’une méthode de numérisation pratique qui permet de localiser géographiquement le bétail au travers de puces électroniques insérées au niveau de leurs oreilles.

C’est ainsi que cela a été communiqué par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural (MADR), une annonce relayée pas le quotidien arabophone Echorouk. Avec ce communiqué, le département de Mohamed Abdelhafid Henni annonce la mise en œuvre de cette opération dans une ferme située à Tiaret, en présence de certains représentants de groupe Algérienne des viandes rouges (Alviar).

Quel est l’apport de la numérisation dans l’élevage du bétail ?

La même source a tenu à préciser que cette nouvelle approche devrait permettre un meilleur suivi et une gestion optimale du bétail. Tout d’abord, l’opération permettra de recueillir et de stocker dans une base de données, l’ensemble des informations relatives à l’animal. Ensuite, avec la localisation géographique, le bétail pourra paître librement sans la surveillance d’un berger, puisqu’il sera possible de déterminer électroniquement son emplacement.

En outre, grâce à la numérisation, on pourra réaliser un inventaire quotidien complet de la totalité du bétail. Il convient de préciser que ce nouveau programme est un moyen pratique d’assurer un suivi simplifié de la santé de l’animal.

À ce sujet, l’investisseur instigateur de cette méthode a révélé au ministère de l’Agriculture que son projet ne nécessite que peu d’outils simples. Plus précisément, il s’agit de 3 éléments, à savoir : la puce électronique implantée dans l’oreille de l’animal, un ordinateur et enfin un appareil électronique portable disponible sur le marché national.

Regardez aussi

Viande

Marché de la viande : les intermédiaires visés

Le grand nombre de détaillants est la cause de la flambée des prix de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.