AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Profonde mutation de l'agriculture dans le Sud en 2021
Agriculture désert Algérie - Ph : DR

Un agriculteur algérien porte un projet agricole d’envergure dans le Sahara

Dans les vastes étendues désertiques de l’Algérie, une nouvelle ère agricole est en train de voir le jour grâce à des entrepreneurs visionnaires comme Brahim Lakhdari. Son projet novateur à Aïn Madhi, dans la wilaya de Laghouat, témoigne d’une détermination sans faille et d’une ingéniosité remarquable.

L’idée principale de ce projet ambitieux est de créer une exploitation agricole intégrée, alliant la production de luzerne à l’élevage ovin, et comprenant également la construction d’un abattoir ainsi qu’une unité de transformation de la viande. Un plan qui témoigne d’une approche intégrée de l’agriculture, s’inscrivant dans une logique de durabilité et de rentabilité à long terme.

Lorsque Brahim Lakhdari évoque les étapes franchies jusqu’à présent, son engagement est palpable. Rien ne semble pouvoir entamer sa détermination, que ce soit les défis liés au recrutement de main-d’œuvre ou les difficultés d’infrastructure telles que l’absence de raccordement au réseau électrique.

Installé sur une balle de luzerne, vêtu d’un bonnet de laine, Brahim Lakhdari raconte ses débuts dans cette aventure à la chaîne web d’Amine Achir et relayé dans un article par TSA. Les travaux ont débuté en décembre 2022, après une analyse minutieuse de plusieurs sites potentiels. La région, bien que steppique, recèle une richesse en eau inexploitée jusqu’à présent.

La première étape a consisté à aménager une piste d’accès sur 11 kilomètres, rendant ainsi possible l’accès aux terres autrefois isolées. Mais il ne s’agissait pas d’une simple voie de passage : Brahim Lakhdari a investi dans des engins de chantier, dont une niveleuse, pour garantir une surface de circulation optimale. Le compactage parfait de la piste a été assuré pour assurer sa durabilité face aux conditions extrêmes du désert.

L’approvisionnement en eau a été une préoccupation majeure, avec la réalisation d’un forage et la construction d’un bassin de stockage à proximité. Malgré les défis logistiques, Brahim Lakhdari a su mobiliser les ressources nécessaires pour mener à bien ces projets d’infrastructures cruciaux. La mise en place de l’exploitation agricole elle-même n’a pas été moins exigeante. Le défrichage des terrains, l’épierrage manuel, la plantation des cultures et la mise en place des systèmes d’irrigation ont requis un effort considérable, mobilisant parfois jusqu’à 60 travailleurs simultanément.

Aujourd’hui, les résultats sont tangibles. La culture de luzerne prospère, alimentant un troupeau de moutons en expansion. Les premières récoltes ont été prometteuses, ouvrant la voie à de nouveaux horizons pour Brahim Lakhdari. Envisageant l’avenir avec optimisme, il projette la construction d’un abattoir et d’une unité de transformation de la viande pour valoriser davantage sa production.

Lire aussi : Une agricultrice algérienne et enseignante universitaire fait le buzz

Malgré les progrès réalisés, des défis subsistent. L’absence de raccordement au réseau électrique limite les possibilités d’expansion et de diversification. Brahim Lakhdari espère que cette situation évoluera à l’avenir, ouvrant la voie à de nouvelles opportunités telles que le stockage en chambre froide. La réussite de ce projet ne dépend pas seulement de la vision et de l’effort individuel, mais aussi de la collaboration avec les autorités locales et les services concernés. Brahim Lakhdari exprime sa gratitude envers ceux qui ont soutenu son entreprise depuis ses débuts.

Cependant, la durabilité à long terme de cette entreprise dépend également de la gestion responsable des ressources naturelles, en particulier de l’eau. Brahim Lakhdari reconnaît l’importance de collaborer avec les services hydrauliques pour garantir une utilisation équitable et durable des précieuses ressources en eau souterraine.

Partager

Regardez aussi

Khaled Ben Mohamed : « l’Algérie a basculé d’un pays pratiquement semi aride à un pays fortement aride »

Pour Khaled Ben Mohamed, « l’Algérie a basculé d’un pays pratiquement semi aride à un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *