AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
samedi 9 décembre 2023
agriculture biologique
Agriculture biologique - photo : DR

Quelles perspectives pour l’agriculture biologique en Algérie ?

L’essor prometteur de l’agriculture biologique en Algérie : Un potentiel à exploiter face à des défis de taille.

L’agriculture biologique en Algérie connaît actuellement un essor encourageant, porteur de promesses tant sur le marché local que sur le front de l’exportation. Bien que sa présence reste modeste, cette filière commence à marquer sa place sur les étals des marchés nationaux, avec des secteurs tels que la datte et l’huile d’olive en tête de file, illustrant ainsi un potentiel économique dynamique à l’échelle internationale.

La région de Biskra, en particulier, se distingue par son succès dans le domaine de l’agriculture biologique, bien que cette réussite ne soit pas pleinement reflétée dans les statistiques locales. Les produits issus de l’agriculture biologique jouent un rôle crucial dans la promotion d’une alimentation saine, contribuant à la préservation de la santé et de l’environnement. Dans un contexte où les problèmes de santé, tels que les maladies métaboliques, sont en augmentation, la demande croissante pour des aliments naturels reflète une prise de conscience collective en faveur d’une alimentation saine.

Les professionnels de la santé tirent la sonnette d’alarme sur les dangers des produits chimiques utilisés dans l’agriculture conventionnelle, soulignant les avantages de l’agriculture biologique, dont les méthodes respectueuses de l’environnement sont néanmoins entravées par un manque de connaissances sur les modes de production, de transformation et de commercialisation.

À l’échelle du continent africain, certains pays se positionnent en pionniers de l’agriculture biologique, tels que l’Ouganda, l’Ethiopie, la Tanzanie et le Kenya, qui comptent un nombre croissant de producteurs et de productrices biologiques. Un projet transnational, piloté par le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ), s’étend à plusieurs pays africains, dont le Sénégal, l’Egypte, l’Ouganda, la Zambie et le Cameroun.

En Allemagne, ce projet coordonne la mise en place de pôles de connaissances visant à promouvoir l’agriculture biologique et l’agroécologie. Ces initiatives ambitieuses, déployées en collaboration avec des associations locales, renforcent les compétences techniques et professionnelles tout en promouvant des méthodes de certification alternatives, économiquement rentables et participatives.

Cependant, pour que l’agriculture biologique puisse pleinement prospérer, des impulsions locales et nationales sont indispensables. La création d’une norme biologique acceptée par tous constitue une question cruciale. Actuellement, la confiance entre producteurs et consommateurs reste le principal moteur des échanges commerciaux, souvent basés sur la connaissance directe du maraîcher ou de la maraîchère.

Malgré des coûts d’investissement et de production relativement bas, le développement de l’agriculture biologique certifiée en Algérie demeure à un stade embryonnaire. Il est impératif de favoriser l’émergence de divers modèles de certification, notamment les systèmes participatifs de garantie, qui peuvent surmonter l’obstacle financier lié à la certification pour les producteurs. Ces modèles innovants peuvent ainsi contribuer à l’essor durable de l’agriculture biologique en Algérie, offrant des perspectives économiques et écologiques prometteuses pour l’avenir.

Partager

Regardez aussi

mangue

Un agriculteur algérien expérimente la culture de la mangue

La Chambre nationale de l’agriculture se penche sur l’expérience d’un agriculteur novateur du sud algérien, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *