×
AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
mardi 27 septembre 2022
L'agriculture tunisienne en 2022.
Ferme agricole - ph : DR

Pour mieux protéger les terres agricoles, un avant-projet de loi est à l’étude

Un avant-projet de loi sur la protection des terres en cours de finalisation.

Un avant-projet de loi portant sur la protection des terres agricoles est « en cours de finalisation », a indiqué dimanche à Alger la directrice de l’organisation, de la planification foncière et de la mise en valeur au ministère de l’Agriculture et du Développement rural, Chahira Mira Touhami.

« Un avant-projet de loi portant sur la protection des terres agricoles est en cours de finalisation au niveau du ministère de l’Agriculture, en attendant de le présenter aux acteurs concernés pour discussion et enrichissement dans une approche participative, avant sa promulgation », a précisé Mme Touhami sur les ondes de la Radio nationale.

A propos du portefeuille agricole nationale, elle a indiqué « en Algérie, nous avons 44 millions d’hectares de terrain à vocation agricole, dont près de 33 millions d’hectares de terres de parcours et 8,5 millions d’hectares de surface agricole utile (SAU), le reste ce sont des terres agricoles de statut privé. Nous avons aussi 4 millions d’hectares de terrains forestiers ».

Concernant le foncier récupéré et recensé jusque-là, Mme Touhami a évoqué « la récupération de plus de 750.000 hectares dans le cadre du programme de mise en valeur des terres », faisant savoir que « 500.000 hectares de terrains récupérés ont été affectés à l’Office de développement de l’agriculture saharienne dont 136 mille hectares ont été mis à la disposition des investisseurs sur la base d’une plateforme numérisée et d’une procédure digitalisée ».

Elle a ajouté que « 185 mille actes de concession ont été établis pour une superficie de 2,1 millions d’hectares ».

Par ailleurs, la responsable a estimé que la cartographie des zones de production et des pôles intégrés est considérée au niveau du ministère de l’Agriculture comme une « mesure urgente » pour l’optimisation de la production et avoir une visibilité pour une planification par régions et zones.

« Nous avons engagé l’établissement de la carte des zones potentielles globales qui est en cours de réalisation », a-t-elle insisté.

« Aujourd’hui, nous sommes orientés vers une cartographie des zones de production agricole sur la base de données scientifiques, en relation, évidemment, avec le climat, la disponibilité de la ressource hydrique et les caractéristiques édaphiques de chaque terrain. Nous sommes aussi engagés dans la cartographie des terres selon leurs potentialités, notamment pour orienter chaque pôle de production vers une culture là où la rentabilité est assurée », explique-t-elle.

Mme Touhami a également souligné que « le travail est basé sur l’orientation du système de production par zones agro-écologiques, en tenant compte, entre autres, des études agro-pédologiques, climatiques et économiques, de la préservation et la valorisation des ressources naturelles, sol et eau, et la superficie y compris la jachère, de la productivité et la rentabilité de chaque zone », affirmant que l’Algérie recèle une « mosaïque de pôles de production ».

APS

Regardez aussi

Engraissements bovins

En Tunisie la contrebande de bovins vers l’Algérie augmente

L’existence d’une opération de contrebande de bovins vers les frontières algériennes confirmée. Il y a …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.