AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Station de dessalement d'eau de mer
Station de dessalement d'eau de mer - ph : Wikipedia

Des stations mobiles de dessalement de l’eau de mer pour lutter contre la sécheresse ?

Touchée de plein fouet par les conséquences du changement climatique, l’Algérie a annoncé un plan ambitieux visant à augmenter significativement sa capacité de production d’eau potable d’ici 2030. Actuellement, seulement 18% des besoins en eau potable du pays sont satisfaits, mais avec la mise en œuvre de nouvelles initiatives, l’objectif est de porter ce chiffre à 60%.

C’est la société publique Algerian Energy Company (AEC) qui prend l’initiative de répondre à cette problématique cruciale en déployant des stations mobiles de dessalement de l’eau de mer. L’annonce a été faite le mardi 19 décembre 2023, par le directeur général de l’AEC, Mohamed Boutabba.

Dès 2024, selon Agence Ecofin l’AEC prévoit de déployer des stations de dessalement conteneurisées mobiles d’une capacité de 2500 à 2700 mètres cubes par jour (m3/j). Ces stations auront pour mission de répondre aux besoins urgents en eau des petites agglomérations et du secteur agricole. M. Boutabba a souligné que ces installations pourront être rapidement déployées pour fournir de l’eau potable ou destinée à l’agriculture, offrant ainsi une solution flexible et adaptative.

« Algerian Energy Company va choisir un partenaire pour réaliser des stations de dessalement conteneurisées mobiles, pour qu’elle puisse aller à la rescousse de n’importe quelle petite agglomération que ce soit pour de l’eau potable ou pour de l’eau destinée à l’agriculture », a déclaré M. Boutabba à la radio Alger Chaîne 3, sans préciser le nombre d’usines mobiles envisagées.

Un élément clé de cette initiative est l’intégration locale, avec un taux d’intégration des composants locaux atteignant 40% dans une première étape. Cette approche contribuera à renforcer les capacités locales tout en fournissant des solutions immédiates aux problèmes liés à la disponibilité en eau.

Par ailleurs, M. Boutabba a informé que l’Algerian Energy Company prévoit de finaliser, d’ici décembre 2024, la construction de cinq usines de dessalement classiques, avec une capacité cumulée de 1,5 million de mètres cubes. Ces installations conventionnelles s’ajouteront aux capacités de dessalement mobiles, renforçant ainsi la résilience du pays face aux défis hydriques.

L’Algérie, où 84% du territoire est couvert par le désert, subit de plein fouet les effets néfastes du changement climatique. Les épisodes de sécheresse plus fréquents et la diminution des précipitations ont créé un stress hydrique sans précédent. Le dessalement de l’eau de mer émerge comme une alternative incontournable pour répondre aux besoins en eau potable et agricole du pays.

Le plan de l’Algérie pour augmenter considérablement sa capacité de production d’eau potable démontre une volonté forte de s’adapter aux défis environnementaux et de garantir un approvisionnement en eau stable pour les années à venir. La mise en œuvre de ces projets prometteurs sera scrutée de près, car elle pourrait inspirer d’autres nations confrontées à des problèmes similaires dans le monde.

Partager

Regardez aussi

agriculture_vergers

Le 3ème Recensement Général de l’Agriculture (RGA) en Algérie officiellement lancé

Le Recensement Général de l’Agriculture (RGA) en Algérie a été officiellement lancé ce dimanche à …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *