AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie

Tomates cerises : l’Algérie ambitionne le marché européen

Les tomates cerises algériennes sont sur le point de conquérir les étals européens. Portée par des investisseurs locaux ambitieux, l’Algérie se lance dans la compétition acharnée du marché des petites tomates rouges, jusqu’ici dominé par les Pays-Bas, le Maroc et l’Espagne.

Après des années d’expérience sur le territoire national, des entreprises comme le groupe Souakri ont décidé de relever le défi de l’exportation vers l’Europe. Dotés de vastes projets agricoles, ces investisseurs voient dans le marché européen une opportunité lucrative, mais aussi une compétition féroce.

En 2023, le Maroc a exporté près d’un milliard d’euros de tomates vers l’Europe, mettant en lumière le potentiel de ce marché. Cependant, les barrières douanières européennes représentent un obstacle redoutable pour les producteurs algériens.

Actuellement, seuls quelques investisseurs algériens se sont aventurés dans la production de tomates cerises à grande échelle, parmi eux Tahraoui et le groupe Souakri. Ce dernier, avec son projet à El Meghaier, a récemment dévoilé ses ambitions dans le domaine.

Lire aussi : L’Algérie lance un méga projet agricole pour rivaliser sur le marché européen de la tomate

Avec une superficie de 1 000 hectares dédiée à la culture des tomates cerises, le groupe Souakri a investi près de 750 millions de dollars pour conquérir les marchés de l’UE, de la Russie et des pays du Golfe, visant un chiffre d’affaires annuel de 500 millions de dollars.

Les avantages de la tomate cerise algérienne sont indéniables : un ensoleillement exceptionnel, une main-d’œuvre peu coûteuse, une énergie bon marché et une disponibilité d’eau abondante dans le désert. Cependant, la concurrence est rude. Au Maroc, les investisseurs bénéficient également d’un climat favorable et d’une main-d’œuvre bon marché, mais font face à des défis liés à la disponibilité de l’eau et au coût de l’énergie.

En Europe, la concurrence est intense, avec des producteurs français, belges et hollandais déjà bien établis. Cependant, les investissements français au Maroc ont contribué à renforcer la position des producteurs marocains sur le marché européen. L’accord de libre-échange entre le Maroc et l’UE, en vigueur depuis 2012, a également favorisé les exportations marocaines vers l’Europe.

Malgré ces défis, le groupe Souakri et d’autres producteurs algériens restent confiants dans leur capacité à conquérir le marché européen. Grâce à des partenariats stratégiques, des technologies innovantes et une attention croissante aux normes environnementales, les tomates cerises algériennes pourraient bientôt rivaliser avec leurs homologues européennes sur les étals du vieux continent.

Partager

Regardez aussi

Financements bancaires : 86 projets agricoles soutenus dans le sud de l’Algérie depuis 2023

Le ministre des Finances, Laaziz Faïd, a révélé jeudi lors d’une journée d’étude à Alger …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *