AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
tomates
Ph : DR

L’Algérie lance un méga projet agricole pour rivaliser sur le marché européen de la tomate

Au cœur du Sahara algérien, une initiative ambitieuse émerge sous la forme d’une serre gigantesque, illustrant le désir du groupe Souakri de transformer le désert en un vaste champ de production agricole. Ce projet pharaonique vise à placer l’Algérie sur la carte des grands exportateurs de tomates, dominée actuellement par l’Espagne et le Maroc.

Avec un investissement colossal, cette initiative s’inscrit dans la vision de l’Algérie de convertir ses étendues désertiques en un grenier capable de garantir sa sécurité alimentaire tout en fournissant des légumes frais, comme les tomates et les poivrons, aux marchés mondiaux. Les premiers tests de ce projet, débuteront fin mai, avec une production attendue pour octobre 2024.

La première serre, maintenant achevée, est la première d’une série qui couvrira à terme 500 hectares sur les 1.000 alloués au projet. C’est le plus grand maraîcher d’Afrique et l’un des plus grands au monde où l’objectif est de produire des tomates et autres légumes maraîchers, précise Abdenour Souakri, chef du groupe Souakri.

La technologie au cœur du projet est aussi avant-gardiste que l’initiative elle-même. Les serres, équipées de la technologie hollandaise, fonctionneront entièrement grâce à l’énergie solaire provenant d’une ferme photovoltaïque installée à proximité, garantissant une production de tomates cerises avec zéro empreinte carbone. Ce point est crucial pour répondre aux exigences écologiques de l’Union européenne, un marché cible majeur.

Lire aussi : La production de tomates en Algérie

Ce projet se positionne comme un sérieux concurrent pour le Maroc qui, selon l’agence AgriMaroc.ma, a exporté 492.000 tonnes de tomates vers l’Union européenne en 2023, représentant un chiffre d’affaires de 972 millions d’euros. L’Algérie vise à capter une part significative de ce marché avec une production annuelle prévue de 6.000 tonnes de tomates cerises dès la première serre, projetant un chiffre d’affaires à l’export de 500 millions de dollars par an.

En plus de viser l’excellence en matière de production et d’écologie, le projet devrait générer 10.000 emplois directs, jouant un rôle crucial dans l’économie locale. « Nous avons déjà investi deux milliards de dinars dans la première phase, » précise Souakri.

Lire aussi : Bientôt des tomates algériennes en Russie ?

Pour exporter efficacement ces tomates cerises vers l’Europe et les pays du Golfe, une logistique importante est en cours de développement. Le groupe prévoit d’utiliser les ports du littoral et les aéroports régionaux pour acheminer les produits vers les marchés cibles.

Avec ce méga projet, l’Algérie ne se contente pas de viser une autosuffisance alimentaire ; elle cherche à se réinventer comme un acteur majeur de l’agro-industrie sur la scène internationale, renforçant ainsi son économie et redéfinissant son image sur le marché global des produits agricoles.

Partager

Regardez aussi

Téléchargez une application gratuite pour gérer sa ferme agricole, Farmly

Farmly lance la première application gratuite dédiée aux agriculteurs en Afrique. Aujourd’hui, Farmly annonce le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *